Blog de Ondine reporter

La Pierre sèche en Haut Val de Sèvre : un patrimoine à préserver !

La Pierre sèche en Haut Val de Sèvre : un patrimoine à préserver !

La « pierre sèche » : quésako ?

La maçonnerie à « pierres sèches », est une technique d’élévation d’un mur uniquement avec des pierres, sans aucun mortier pour les lier.

Un métier : murailler

Pendant longtemps, la pierre sèche n’était réduite qu’au patrimoine vernaculaire. La technique, considérée comme obsolète, n’était pas enseignée.
Au début des années 2000, on commence à s’y intéresser. En 2010 le savoir-faire est inscrit à l’inventaire des patrimoines culturel immatériel français par le Ministère de la Culture, et en 2015 un arrêté désigne le métier de « murailler » comme spécialité de maçon du patrimoine.
Depuis peu, le patrimoine pierre sèche et le métier de murailler sont inscrits au patrimoine de l’UNESCO.

 La « pierre sèche » : pourquoi la valoriser ?

Face aux matériaux et techniques actuelles et modernes, pourquoi préserver et valoriser cette technique de maçonnerie ?

Quelques bonnes raisons :

  • une solidité prouvée : un mur monté selon les règles de l’art est aussi résistant qu’un mur en béton
  • une prévention au ruissellement : la perméabilité des murs en pierre sèche permet de limiter les risques et dégâts liés aux eaux de ruissellement
  • un habitat pour la faune et la flore : lichens, mousse, plantes grasses… chauves-souris, reptiles… la pierre sèche favorise la biodiversité
  • un bilan carbone au top : la pierre sèche est déjà présente dans le milieu et n’est pas transformée, ainsi son bilan environnemental est excellent comparativement à celui des techniques équivalentes.



La pierre sèche en Haut Val de Sèvre

La construction en pierre sèche est l’un des trois éléments identitaires forts du paysage du Haut Val de Sèvre, avec la Sèvre Niortaise et la trame bocagère.
L’identité du Haut Val de Sèvre passe par la préservation de ce cadre de vie.
On peut observer des constructions de pierre sèche sur toutes les communes du territoire. Certaines sont à l’abandon mais d’autres sont restaurées notamment par des chantiers de l’AISM.
On peut cependant déplorer, pour cause d’érosion ou d’abandon, la disparition successive des cultures en terrasse, fondées sur la construction en pierre sèche.

Chantier en cours de restauration à Azay-le-Brûlé avec les élèves de l'IME de Villaine.
A remarquer les pierres d'angle, avec une disposition "en besace"

Préservation et valorisation : le Conseil de développement du Haut Val de Sèvre à la manœuvre !

A l’initiative du Conseil de développement du Haut Val de Sèvre, 8 journées « Pierre sèche » auront lieu entre le 13 et le 23 juin 2019.
Ateliers sur le terrain, expos, débats, promenades découvertes avec l’AISM, l’IME de Villaine, la Fédération Française des Professionnels de la Pierre Sèche,  et l’Association des Bâtisseurs en Pierre Sèche… tout est mis en œuvre pour favoriser la redécouverte des constructions en pierre sèche et la mise en lumière du métier de murailler.

Les deux dernières journées s’inscrivent logiquement dans le cadre des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins, qui pour cette éditons 2019 a pour thème : « Naturellement Durable ». Elles auront lieu au logis de Maunay à Saivres.

Dévouvrez tout le programme des journées "Pierre sèche" en Haut val de Sèvre grâce au lien suivant : files/docs/plaquette_journees_pierres_seches.pdf

©Stan_Bontems